Lundi, 11 Décembre 2017
Actualités
Petites annonces

Bac blanc : conseils pour réussir cette répétition générale (l'Etudiant)

Bac blanc : conseils pour réussir cette répétition générale  (l'Etudiant)

Si vous êtes en première ou en terminale, vous vous apprêtez à passer le bac blanc, un avant-goût de ce qui vous attend en juin lorsque vous passerez le "vrai" bac. Pourquoi est-il important de le réussir ? Comment bien vous préparer ?

Une semaine entière d'examens, avec des épreuves qui durent parfois quatre heures : le bac blanc est une copie quasi conforme du bac. "Quasi" car l'enjeu n'est pas le même : réussir ou échouer au bac blanc n'aura pas de conséquences sur l'obtention, en juin prochain, du diplôme. "Le bac blanc est souvent surcoté par les élèves et les parents alors que, pour les profs, c'est un entraînement comme les autres : une épreuve type bac qui s'inscrit dans la continuité de l'année", dédramatise Mickaël Bertrand, enseignant d'histoire-géographie au lycée Anna-Judic, à Semur-en-Auxois (21). Il n'en est pas moins à prendre au sérieux.

 

Pourquoi le bac blanc est-il important ?

En effet, préparer sérieusement le bac blanc vous aidera pour le bac. "Il faut se servir du bac blanc comme d'un prétexte pour réviser la première partie du programme", conseille Nicolas Legrand, professeur de mathématiques au lycée Les Fontenelles, à Louviers (27). Les révisions que vous ferez dès maintenant vous seront utiles pour juin. "Pour bien ancrer les connaissances dans sa mémoire, il ne faut pas réviser ses cours une seule fois, la veille du bac, mais plusieurs fois dans l'année", assure Mickaël Bertrand. Exemple : si vous êtes en terminale S, il y a, en mathématiques, plus de 300 formules à connaître. Impossible de toutes les retenir en les révisant au dernier moment sans les avoir régulièrement revues.

 

Par ailleurs, pour Laure Meyer, professeure de français en lycée à Saint-Maximin (83), le bac blanc est une "expérimentation" du bac. "Il sert à vérifier si vous avez les bonnes méthodes de travail, faire un point sur l'état de vos connaissances mais aussi, voire surtout, à savoir si vous arrivez à vous caler dans le temps imparti de l'épreuve. Pour la plupart d'entre vous, c'est la première fois que vous passez des épreuves de quatre heures." Le bac blanc permet donc de vous tester dans les conditions du bac et rectifier, pour l'examen, les erreurs que vous avez pu commettre lors de l'entraînement. "Mais, pour que le test soit parlant, il faut jouer le jeu à fond et s'y préparer comme pour le bac. Or, ce n'est pas toujours le cas. Les élèves prennent souvent le bac blanc à la légère", estime Laure Meyer.

Comment bien préparer le bac blanc ?

Laure Meyer a un conseil très clair : "Révisez comme pour le vrai bac". Autrement dit, révisez toutes les parties depuis le début de l'année, revoyez vos fiches, refaites les exercices et refaites en à nouveau. Les enseignants conseillent également de travailler à plusieurs. "Si vous avez rédigé des fiches, par exemple, échangez-les avec vos camarades, explique Laure Meyer. Vous pouvez aussi créer un forum de classe sur Internet." "Beaucoup d'élèves travaillent seuls, dans leur coin. Or, il faudrait que les élèves comprennent que le bac est un examen, et non un concours. Il n'y a pas de concurrence entre eux", renchérit Mickaël Bertrand.

Le bac blanc se déroulant sur une semaine, il est également "nécessaire de mettre en place une stratégie de travail. On ne peut pas réviser seulement la veille de l'épreuve comme pour un contrôle classique", souligne Mickaël Bertrand. Vous devez vous préparer très en amont, plusieurs semaines avant le bac blanc et, dans l'idéal, établir un planning de révisions.

Ne vous contentez pas du par cœur : "Cela ne sert à rien de bachoter, assure Mickaël Bertrand. Dans aucune discipline, on ne vous demandera simplement des définitions de notions ou des formules. Vous devez mobiliser vos connaissances, les réutiliser." N'hésitez pas à faire des tests, cerner vos erreurs et les analyser. "C'est la meilleure manière d'apprendre", ajoute l'enseignant.

La veille des épreuves, vous pouvez relire vos fiches. "Cela peut vous rassurer, indique Nicolas Legrand. Mais pas plus de deux heures car, après une journée d'examen, il faut aussi se reposer." Le repos est en effet crucial lorsque vous passez une semaine entière d'épreuves. Les conseils sont alors aussi simples qu'importants : ne pas sortir le soir, vous coucher tôt, bien manger. Le jour des épreuves, apportez un goûter : une barre chocolatée, par exemple. Proscrivez ce qui fait du bruit, comme un paquet de chips… "Si vous avez une fringale, vous aurez de grandes difficultés à rester concentré", assure Nicolas Legrand. N'hésitez pas également à apporter à boire mais, prévient l'enseignant, "pas de boisson pétillante : cela peut exploser sur la copie !".

Vous avez raté ou réussi le bac blanc : comment réagir ?

"Avoir une mauvaise note au bac blanc ne veut pas dire que vous échouerez au bac", tient à rassurer Laure Meyer. "Rien n'est irrémédiable", ajoute Nicolas Legrand. Rater peut même être une chance : "Cela peut vous permettre de prendre les mesures nécessaires pour corriger vos difficultés", indique Laure Meyer.
Si votre échec provient d'un manque de travail, la solution est toute trouvée : "Travaillez plus !", assène Nicolas Legrand. Si vous avez raté des épreuves mais que vous aviez travaillé en cours d'année et révisé avant les épreuves, il s'agira alors de revoir vos méthodes de travail. Vos enseignants sont là pour vous conseiller dans ce domaine. "L'important est, bien sûr, de préserver l'élève et de le guider vers la réussite", assure Laure Meyer.

 

L'échec peut aussi s'expliquer par une mauvaise compréhension des attentes des correcteurs. "Des élèves ressentent parfois de l'injustice après avoir obtenu une mauvaise note alors qu'ils avaient travaillé. Dans ce cas, le problème est souvent que les élèves restituent les connaissances sans apporter une réflexion personnelle", estime la professeure de français.

Dites-vous en outre, que "c'est normal de ne pas être totalement prêt" à ce moment de l'année, relève Mickaël Bertrand. "Le bac blanc est plus difficile que le vrai bac, ne serait-ce que parce que c'est la première fois que les élèves se trouvent confrontés à ces épreuves", explique Nicolas Legrand.

Si vous avez réussi le bac blanc, "continuez dans cette voie et n'hésitez pas à vous fixer des objectifs plus élevés, en termes de mentions ou d'orientation", conseille Laure Meyer. "Ne vous reposez pas sur vos lauriers !", ajoute Mickaël Bertrand. Et si vous avez réussi sans vraiment réviser, "soyez conscient que ce coup de poker est très aventureux et qu'il ne marche pas à chaque fois…"

Scroll To Top